top of page
  • Photo du rédacteurRuby Höldrich

ECZEMA ET TRAITEMENT NATUREL


papa qui contrôle l'eczéma de son petit garçon

Qu'est-ce que l'eczéma ?

 

L'eczéma est une affection cutanée chronique caractérisée par une inflammation de la peau, des démangeaisons intenses et des rougeurs. Il peut apparaître sur différentes parties du corps et évoluer par poussées.

  

L'eczéma atopique est une pathologie cutanée courante qui touche de nombreux enfants et adolescents dans le monde. Cependant, sa prévalence, varie considérablement en fonction des pays et des régions. [1]


Ces importantes variations laissent supposer que les facteurs environnementaux, tels que l'exposition aux polluants atmosphériques, à la fumée du tabac ou aux moisissures pourraient jouer un rôle déterminant dans le déclenchement et le développement de cette maladie inflammatoire chronique de la peau. [2].


L'eczéma est l'une des maladies de peau les plus fréquentes chez le nourrisson.

Il apparaît souvent durant la petite enfance, la grande majorité des cas se déclarent avant l’âge de 5 ans.


Bébé couché avec une joue rouge irritée

 

Quels sont les symptômes de l'eczéma ?

 

- Formation de plaques rouges bien délimitées sur la peau

- Plaques sèches, rugueuses, parfois surmontées de vésicules

- Peau sèche et sensible

- Démangeaisons intenses : Le grattage peut entraîner la formation de croûtes

 

Un diagnostic médical est nécessaire pour différencier l’eczéma d’autres affections cutanées.

 

Visage d'une femme qui se nettoie le visage avec du savon pour traiter son eczéma

L'eczéma, première manifestation de l'atopie

 

Chez certains enfants, l'eczéma constitue la première manifestation d'une prédisposition atopique, c'est-à-dire une tendance à développer des allergies. Il ouvre ainsi la voie à ce que l'on appelle la "marche atopique".

 

La marche atopique

 

La marche atopique décrit l'évolution fréquente de l'atopie, partant de l'eczéma dans la petite enfance vers d'autres manifestations allergiques par la suite.

 

Sa représentation classique est la suivante : eczéma → allergies alimentaires → rhume des foins → asthme.

 

Un grand nombre d'enfants atteints d'une forme sévère de dermatite atopique sont susceptibles de développer de l'asthme ou une rhinite allergique plus tard dans l'enfance.


Chez l'enfant, l'apparition de l'eczéma avant l'âge d'un an augmente considérablement le risque qu'il développe ultérieurement des allergies alimentaires. Ce risque devient extrêmement élevé chez les enfants qui ont développés les premiers symptômes de l'eczéma atopique au cours des 4 premiers mois de vie. [3].

 

C'est pourquoi une prise en charge précoce et holistique de l'eczéma dès le plus jeune âge est primordiale, dans le but de prévenir ou du moins atténuer l'évolution vers d'autres manifestations atopiques comme l'asthme ou les allergies respiratoires.


L'identification précoce des différents facteurs susceptibles de déclencher ou d'exacerber l'eczéma chez le jeune enfant, qu'ils soient d'origine alimentaire, environnementale, ou liés à des facteurs émotionnels, permet une meilleure maîtrise et un contrôle plus efficace de l'évolution de cette pathologie chronique.


Eczéma, faut-il se méfier du lait de vache ?


2 bouteille de laits en verre avec une paille en métal

En cas de dermatite atopique, , il est recommandé d'identifier les éventuels aliments susceptibles d'aggraver ou d'exacerber les symptômes cutanés.


La réalisation d'une anamnèse alimentaire approfondie s'avère absolument essentielle dans une prise en charge holistique et optimale de l'eczéma.


Cette étape cruciale permet d'identifier les éventuels aliments déclencheurs ou aggravants des poussées inflammatoires, afin d'adapter les conseils nutritionnels en conséquence et proposer des mesures d'éviction ciblées pour un meilleur contrôle des symptômes cutanés.




Les produits laitiers (lait de vache, fromages, yaourts..) figurent parmi les aliments les plus couramment associés à l'exacerbation des symptômes de l'eczéma atopique.


Afin d'illustrer concrètement cette problématique, je vous expose le cas d'une patiente qui consulte pour une dermatite atopique dont elle souffre depuis son enfance.


Depuis de nombreuses années, cette jeune femme d'une trentaine d'années avait recours aux crèmes contenant des corticoïdes (cortisone) pour soulager ses poussées d'eczéma.


L'application locale des dermocorticoïdes ne faisait que soulager les symptômes de la dermatite atopique sans toutefois pouvoir la guérir.

 

Lors de notre première consultation en naturopathie, j'ai réalisé une anamnèse approfondie pour retracer son parcours de vie et comprendre sa situation. Elle m'a expliqué ses difficultés à contrôler son eczéma et son désir de trouver une solution plus naturelle.

 

Après avoir examiné ses antécédents médicaux personnels et familiaux, son hygiène de vie et son alimentation à l’aide d’un journal alimentaire, j'ai émis l'hypothèse qu'une intolérance aux produits laitiers pourrait être à l'origine de ses poussées d'eczéma.


Bien que les produits laitiers soient fréquemment suspectés d'exacerber les symptômes de l'eczéma chez certains patients, leur rôle déclencheur n'est pas systématique.


Nous avons donc convenu d'un régime d'éviction temporaire des produits laitiers afin d'évaluer leur impact potentiel et leur implication éventuelle dans les poussées de dermatite atopique de la patiente.


Cette démarche permettra d'identifier si les produits laitiers constituent ou non un facteur aggravant dans son cas particulier.


Après un mois d’éviction alimentaire j’ai revu la patiente qui a constaté une forte diminution de ses plaques. En éliminant les produits laitiers de son alimentation, ses plaques d'eczéma avaient considérablement diminué, presque jusqu'à disparaître complètement.

 

Pour confirmer cette intolérance, nous avons réintroduit progressivement les produits laitiers. Malheureusement, les symptômes sont revenus de plus belle, validant ainsi notre hypothèse initiale.

 

Grâce à cette découverte, ma patiente a pu adapter durablement son alimentation en optant pour des alternatives végétales comme le lait d'amande.


Depuis, ses poussées d'eczéma sont sous contrôle, et elle profite d'une peau apaisée et d'une meilleure qualité de vie.

 

Gluten, un facteur aggravant de l'eczéma 


3 miches de pain au blé

Le gluten, protéine présente dans certaines céréales comme le blé, l'orge ou le seigle, est suspecté d'aggraver l'eczéma chez certaines personnes.

 

La maladie cœliaque, une intolérance au gluten d'origine auto-immune, n'est pas directement liée à l'eczéma. Cependant, une sensibilité non-cœliaque au gluten pourrait exacerber les symptômes cutanés inflammatoires comme l'eczéma.

 

Chez les personnes prédisposées, l'ingestion de gluten pourrait alors déclencher une réaction immunitaire et provoquer une inflammation systémique, y compris au niveau de la peau.


Cette réponse inflammatoire pourrait alors contribuer à l'apparition ou à l'aggravation des lésions eczémateuses.


Alimentation anti-inflammatoire

 

Pour réduire les symptômes inflammatoires, il est primordial d'éviter les aliments ultra-transformés, riches en additifs synthétiques, colorants artificiels et conservateurs. Ces composés peuvent potentiellement exacerber les réactions inflammatoires et aggraver les manifestations cutanées.

 


bouteille d'huile d'olive avec des olives

Il est préférable d'opter pour une alimentation anti-inflammatoire, privilégiant les sources naturelles d'acides gras oméga-3, de fibres et d'antioxydants.


Ces nutriments jouent un rôle clé dans la régulation des processus inflammatoires et dans le renforcement des défenses de l'organisme.

 

Les bonnes sources d'oméga-3 incluent les poissons gras, les huiles végétales et les noix.


Les fibres sont apportées par les fruits, légumes, céréales complètes et légumineuses. Quant aux antioxydants, on les trouve notamment dans les fruits et légumes de couleurs vives.

 


En adoptant ce type d'alimentation équilibrée et riche en nutriments anti-inflammatoires, vous favoriserez un environnement propice à la réduction de l'inflammation chronique et des symptômes qui y sont associés.

  

Micronutrition ciblée: les alliés contre l'eczéma

 

En cas d'eczéma, une complémentation nutritionnelle ciblée peut s'avérer bénéfique pour combler certaines carences et réduire l'inflammation cutanée.


Pour rester en bonne santé, la peau requiert un apport suffisant en micronutriments essentiels.


Une supplémentation adaptée, riche en vitamines, minéraux et acides gras, contribue à renforcer les défenses immunitaires de la peau, à moduler la réponse inflammatoire et à soutenir la régénération des tissus lésés dans le cadre de l'eczéma.

 

 

Le zinc, un nutriment clé pour une peau saine 

 

Le zinc est un oligo-élément essentiel qui joue un rôle crucial dans de nombreux processus métaboliques, notamment pour la cicatrisation et le renouvellement cellulaire de la peau. Il possède des propriétés anti-inflammatoires et favorise la cicatrisation des lésions eczémateuses.

 

De plus, le zinc aide à réduire les démangeaisons intenses liées à l'eczéma en inhibant la libération d'histamine. Il intervient également dans la régulation du système immunitaire, perturbé dans cette pathologie.

 

De nombreux patients atteints d'eczéma atopique, présentent une carence en zinc. Cette carence peut aggraver les symptômes cutanés tels que la sécheresse excessive de la peau, les lésions inflammatoires, les démangeaisons persistantes et le retard de cicatrisation.

 

Une carence en zinc peut donc favoriser l'apparition ou l'aggravation de troubles cutanés comme l'acné ou l'eczéma. [4,5]


C'est pourquoi inclure des aliments riches en zinc dans votre alimentation est une stratégie naturelle intéressante pour préserver la santé et la beauté de votre peau. Pour les patients carencés, une supplémentation orale en zinc peut s'avérer bénéfique en complément des autres traitements.


Une supplémentation peut contribuer à réduire l'inflammation cutanée, favoriser la réparation de la barrière cutanée, accélérer la cicatrisation des lésions et soulager les démangeaisons.


assiette d'huîtres et citrons

Parmi les sources animales riches en zinc, on retrouve les fruits de mer (les huîtres avec une teneur de plus de 20 mg pour 100g) ou encore les viandes rouges.


Dans le règne végétal, misez sur les noix, les graines de citrouille, les céréales complètes et les légumineuses qui contiennent des quantités non négligeables de zinc.


En variant vos sources animales et végétales, vous optimiserez votre apport en zinc pour une peau saine !

 

Lutter contre l'inflammation avec les oméga-3

 

Les acides gras oméga-3 sont une famille d'acides gras polyinsaturés essentiels que notre corps ne peut pas synthétiser et qui doivent donc être apportés par l'alimentation.


Les deux principaux oméga-3 sont l'acide eicosapentaénoïque (EPA) et l'acide docosahexaénoïque (DHA).


Ces acides gras jouent un rôle clé pour la santé de la peau grâce à leurs propriétés anti-inflammatoires. En effet, les oméga-3 comme l'EPA et le DHA ont la capacité de réduire l'inflammation cutanée en bloquant la production de molécules pro-inflammatoires.


Cette action anti-inflammatoire aide à soulager les affections comme l'eczéma, le psoriasis ou l'acné inflammatoire.


Les oméga-3 agissent également sur la barrière cutanée. Une carence en ces acides gras fragilise la barrière protectrice de la peau, favorisant la déshydratation et l'apparition de rougeurs et démangeaisons.


Un apport suffisant en EPA et DHA aide à préserver l'intégrité de cette barrière, laissant la peau plus souple et mieux hydratée.


Enfin, les oméga-3 stimulent la cicatrisation des plaies et protègent la peau contre le vieillissement prématuré en piégeant les radicaux libres. Ils aident ainsi à préserver l'éclat et l'élasticité de la peau.


Les meilleures sources alimentaires sont les poissons gras, les huiles végétales et les oléagineux. Une supplémentation peut être envisagée en cas de carence ou de besoins accrus.


Intégrer régulièrement ces acides gras essentiels dans son alimentation est un excellent moyen de prendre soin de sa peau de l'intérieur.


gélules d'oméga 3

Il est essentiel de choisir des compléments d'origine marine de très haute qualité, garantis sans contaminants toxiques comme les métaux lourds ou les polluants organiques persistants.

 

Un dosage des taux d'acides gras érythrocytaires EPA et DHA peut être réalisé au début du suivi, afin d'établir un niveau de base. Ce dosage peut ensuite être renouvelé environ 6 mois après le début de la supplémentation.


Cela permettra de s'assurer que les concentrations tissulaires en ces précieux oméga-3 ont atteint le niveau optimal pour une action préventive et curative optimale sur les manifestations atopiques comme l'eczéma.

 


 

Rôle clé de la vitamine D dans la santé de la peau


jeune femme qui prend le soleil à la plage

La vitamine D joue un rôle essentiel dans la santé de notre peau. Elle participe à de multiples processus physiologiques cutanés, du renouvellement cellulaire au maintien d'une barrière protectrice en passant par la régulation du système immunitaire local.


Selon différentes études, une carence en vitamine D accroît les risques de développer des pathologies inflammatoires de la peau telles que le psoriasis ou l'eczéma atopique.


Certaines recherches suggèrent que la vitamine D pourrait être une option thérapeutique importante pour traiter les affections inflammatoires de la peau. [6]


Un apport optimal permettrait de prévenir, mais aussi potentiellement d'atténuer certains troubles cutanés liés à l'inflammation. Une raison de plus pour s'assurer d'avoir des niveaux suffisants en vitamine D !

 

Les recommandations actuelles préconisent une supplémentation en vitamine D de 1000 à 2000 UI par jour pour corriger les carences, avec une large marge de sécurité . Des doses plus élevées peuvent être nécessaires en cas de déficit sévère pour atteindre des taux sanguins optimaux. [7,8]

 

Les bienfaits des probiotiques

 

Certaines souches probiotiques, en rééquilibrant le microbiote, peuvent avoir un effet bénéfique sur les symptômes de l'eczéma. [9] Certaines souches comme Lactobacillus rhamnosus ont montré des résultats prometteurs en complément d'un traitement médical.


Plusieurs études ont montré une réduction significative de la prévalence de l'eczéma chez les enfants dont les mères ont pris des probiotiques pendant la grossesse.


Cet effet protecteur est également présent chez les enfants qui ont pris des probiotiques au cours de leurs deux premières années de vie. [10]

 

gélules de probiotiques

Les vertus régénérantes de la gemmothérapie

 

La gemmothérapie, une branche de la phytothérapie utilisant les macérats de bourgeons de plantes, représente une approche complémentaire très utile pour traiter l'eczéma.


Certains bourgeons ont des propriétés apaisantes et anti-inflammatoires qui permettent de soulager les démangeaisons et les symptômes des dermatoses comme l'eczéma.

 

Pour l'eczéma sec, on privilégiera le bourgeon de cèdre du Liban qui agit sur la sécheresse et les desquamations de la peau.


En revanche, pour l'eczéma suintant, le bourgeon d'orme champêtre sera plus indiqué car il a un effet drainant sur la peau.

 

Les macérats de bourgeons s'utilisent généralement par cures de 2 à 3 mois. Pour une approche optimale, une prescription de gemmothérapie sera personnalisée et adaptée au profil spécifique du patient, en tenant compte de facteurs clés tels que l'âge, le poids ainsi que les précautions d’emploi.

 

Eczéma : pourquoi opter pour un traitement homéopathique individualisé ?


L'homéopathie représente une approche thérapeutique complémentaire intéressante pour prévenir et soulager les poussées d'eczéma.


Certains remèdes homéopathiques comme Graphites, Sulfur ou Calcarea carbonica ont démontré leur efficacité pour atténuer divers symptômes liés à cette pathologie cutanée.


Cependant, le choix du remède le plus adapté repose sur une analyse minutieuse des manifestations spécifiques du patient ainsi que de son profil psychologique et émotionnel.


C'est pourquoi il est primordial de faire appel à un(e) homéopathe expérimenté(e) et rigoureusement formé(e).


Seul un professionnel qualifié sera en mesure de déterminer le traitement homéopathique personnalisé le plus à même de réguler les poussées d'eczéma.

 

Signification émotionnelle de l'eczéma

 

une main fermée d'homme qui touche une main fermée de bébé

Selon la Dre Danièle Pomey-Rey, psychiatre spécialisée en dermatologie psychosomatique, environ 80% des troubles dermatologiques auraient une composante psychologique et émotionnelle significative.

 

Chez le nouveau-né, la peau représente la principale source de nourriture affective et le premier moyen de contact par le toucher, les caresses et le peau à peau. Ce contact doit être rassurant afin que l'enfant puisse se sentir en sécurité et apaisé.

 

L'interprétation psychosomatique des maladies de peau s'articule autour de la problématique du contact, qu'il soit réel ou symbolique. On s'intéresse à la notion de contact, tant au niveau de sa qualité que de sa quantité. [11]

 

La programmation des troubles dermatologiques peut avoir lieu dans l'enfance ou plus tard à l'âge adulte, suite à un événement difficile de la vie.


Dans le cas de l'eczéma, on retrouve souvent un conflit lié à la séparation (ex. divorce, décès) ou une perte de contact.

 

L'eczéma, une maladie multifactorielle

 

L'eczéma est une affection cutanée inflammatoire chronique d'origine multifactorielle, nécessitant une prise en charge globale et personnalisée.


Cette approche holistique vise à identifier et à limiter les facteurs déclencheurs et aggravants spécifiques à chaque individu.


Pour un traitement naturel optimal de l'eczéma, je propose des accompagnements qui associent nutrition, micronutrition, phytothérapie, homéopathie et psychosomatique. Cette synergie de disciplines naturelles complémentaires offre une stratégie intéressante, pas à pas, pour mieux contrôler les symptômes et améliorer votre qualité de vie.


La nutrition joue un rôle clé en évitant les aliments pro-inflammatoires et en favorisant une alimentation anti-oxydante et riche en acides gras essentiels.


La micronutrition permet de répondre à d'éventuelles carences en vitamines et minéraux.

La phytothérapie mise sur les propriétés apaisantes et réparatrices de certaines plantes médicinales.


L'homéopathie, quant à elle, propose des remèdes individualisés pour rééquilibrer l'énergie.

Enfin, l'approche psychosomatique vise à identifier et résoudre les éventuels conflits émotionnels sous-jacents.


Vous aussi, vous avez été confronté(e) aux désagréments de l'eczéma ? Quelles approches naturelles avez-vous essayées ? Quels sont les défis auxquels vous avez dû faire face ? N'hésitez pas à partager vos expériences, vos réussites ou vos questionnements dans les commentaires. Ensemble, nous pourrons échanger des pistes précieuses pour mieux prendre soin de cette affection de manière douce et respectueuse.


Ruby Höldrich


Références scientifiques


[1]. H. Williams et al. "Worldwide variations in the prevalence of symptoms of atopic eczema in the International Study of Asthma and Allergies in Childhood.." The Journal of allergy and clinical immunology, 103 1 Pt 1 (1999): 125-38 . https://doi.org/10.1016/S0091-6749(99)70536-1.


[2] Ali Asghar ghaienovie et al. "Prevalence and Determinants of Eczema Among Elementary School Children, Southeast of Iran, 2019." Journal of Arak University Medical Sciences (2021). https://doi.org/10.32598/JAMS.24.3.6370.1.


[3] T. Shoda et al. "Timing of eczema onset and risk of food allergy at 3 years of age: A hospital-based prospective birth cohort study.." Journal of dermatological science, 84 2 (2016): 144-148 . https://doi.org/10.1016/j.jdermsci.2016.08.003.


[4] S. Dhaliwal et al. "Effects of Zinc Supplementation on Inflammatory Skin Diseases: A Systematic Review of the Clinical Evidence." American Journal of Clinical Dermatology, 21 (2019): 21-39. https://doi.org/10.1007/s40257-019-00484-0.


[5] J. E. Kim et al. "Hair zinc levels and the efficacy of oral zinc supplementation in patients with atopic dermatitis.." Acta dermato-venereologica, 94 5 (2014): 558-62 . https://doi.org/10.2340/00015555-1772.


[6] M. Umar et al. "Vitamin D and the Pathophysiology of Inflammatory Skin Diseases." Skin Pharmacology and Physiology, 31 (2018): 74 - 86. https://doi.org/10.1159/000485132.


[7] Bosomworth NJ. Atténuer la carence épidémique en vitamine D: La tourmente des données scientifiques. Can Fam Physician. 2011 Jan;57(1):e1–6. French. PMCID: PMC3024173.


[8] Amstutz, V., Favrat, B., Cornuz, J., Krieg, M., A. (2011), Vitamine D : actualité et recommandations, Rev Med Suisse, 7, no. 319, 2332–2338. https://doi.org/10.53738/REVMED.2011.7.319.2332


[9] S. Fijan et al. "Single-Strain Probiotic Lactobacilli for the Treatment of Atopic Dermatitis in Children: A Systematic Review and Meta-Analysis." Pharmaceutics, 15 (2023). https://doi.org/10.3390/pharmaceutics15041256.


[10] Shuya Sun et al. "The prevention effect of probiotics against eczema in children: an update systematic review and meta-analysis." Journal of Dermatological Treatment, 33 (2021): 1844 - 1854. https://doi.org/10.1080/09546634.2021.1925077.


[11] Dr Salomon Sellam (2008). Les maladies de la peau. Edition Bérangel

23 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page